Affichage des articles dont le libellé est friends. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est friends. Afficher tous les articles

mercredi 4 janvier 2012

Shopping dans la quartier de la Halle Saint-Pierre

Les liens tissés sur la toile ne sont pas que virtuels. Ils se transforment parfois en liens d'amitiés qui débouchent dans le meilleur des cas sur de vrais relations humaines. Ce fut le cas pour moi hier lorsque j'ai eu le plaisir de faire la connaissance de Gail dans la vraie vie.

C'est pour ainsi dire à sa descente d'avion en provenance directe d'Australie que je les ai (ac)cueillies elle et sa charmante fille Maya. Ni une ni deux, direction les abords de la Butte Montmartre (Métro Anvers) pour passer en revue les magasins de tissus histoire d'enrichir nos collections respectives de quelques coupons de soie ou de lin et autres broutilles de mercerie.

Nous n'avons peut-être pas déniché la perle rare mais la pêche fut tout de même fructueuse.

Chez Sacré Coupons, j'ai apprécié l'amabilité des vendeurs et j'ai déniché à un prix plus qu'honnête, un épais drap de laine marine spécial caban parfait pour m'y tailler ... 


C'est un peu plus haut, chez Moline, que j'ai trouvé les boutons pour le dit caban. Cette mercerie établie depuis 1879 est un lieu de perdition pour les petites mains agiles qu'elles soit couturières, patcheuses ou tricoteuses, mais avant tout pour ses boutons et ses galons en tout genre je recommande cette maison.



Nous sommes aussi rentrées chez Les Coupons de Saint-Pierre dont on m'avait fait les éloges, mais nous n'y avons rien trouvé à nous mettre sous la dent.

Après un déjeuner frugal qui fut l'occasion pour nos amies australiennes de se rendre compte que le garçon de café parisien est certes rapide mais pas forcément courtois nous sommes avons franchi le seuil de Tissus Reine.
Je ne me lasse pas du charme désuet de cet endroit. 

Les mannequins miniature me rappellent  ceux des magasins de tissus de mon enfance.

Les rouleaux de Liberty y ont toutes les couleurs de l'arc-en-ciel et j'ai eu bien du mal à faire mon choix.

Ce paisley sera pour une chemise, Shirt A Month SAL oblige.

Au Marché Saint-Pierre, j'ai fait l’acquisition d'une grande quantité de shirting bleu ciel à chevrons au toucher très agréable à un prix tout doux.
Je pourrai y loger au moins trois chemises. De quoi me contenter sans laisser en reste mon cher et tendre et notre petit bout. 
Mon dernier achat fut un écossais pour la doublure de mon caban.
Ce fut donc les bras chargés et le porte-monnaie allégé que Gail et moi nous nous sommes quittées en promettant de nous revoir dès que l'occasion s'en présenterait.

 Quelle belle journée !!!


jeudi 29 décembre 2011

What's up ?


Eh bien il faut bien dire qu'il ne se passe pas grand chose ici côté couture. La trêve des confiseurs n'est guère propice aux couturières !

Il faut dire que ces derniers temps ont été forts en émotions et en réunions familiales.
Le 18 décembre j'ai fêté mes 50 ans chez ma plus jeune soeur et toute la famille était réunie. 

J'ai été hyper gâtée (mes deux soeurs m'ont offert 50 cadeaux) Je ne suis pas encore remise de la surprise.
Une semaine plus tard, nous avons fêté Noël à la maison. Le 24 nous accueillions Peter et Charlotte (mon beau-fils et sa charmante épouse) qui attendent leur premier bébé.

Ce réveillon partagé à 5 fut un autre grand moment de bonheur que nous avons prolongé le 25 avec mes parents.

Sur la photo je porte une tunique faite pour l'occasion : Burda 08-2011-138 avec le pantalon Burda 12-2011-133 dont je vous ai déjà parlé ici.

Et maintenant parlons un peu de mes projets pour 2012. Je commence fort bien l'année puisque je dois rencontrer une amie bloggeuse à Paris. Il s'agit de Gail qui vient tout droit de Sydney. J'ai profité de son passage éclair dans la capitale pour faire sa connaissance en chaire et en os. Cette rencontre entre bloggeuses sera une première pour moi et j'attends ce moment de partage avec impatience. Of course, more on this later.

A part cela, je participerai au SAL Shirt a Month sur le forum de Stitcher's Guild Sewing Forum. Ce sera l'occasion de parfaire ma technique côté chemises et d'ajouter quelques pièces à ma garde-robe qui en a cruellement besoin. Voilà qui devrait m'occuper une bonne partie de l'année. Mais cela ne suffira pas à rassasier mon appétit insatiable et j'ai bien d'autres projets sous le coude dont je vous ferai part ici dans les mois à venir.

Affaires à suivre...
Profitez bien de ces derniers jours de l'année en attendant de nous revoir en 2012.


samedi 2 avril 2011

Hooded pea jacket Burda 08-2009-142 (2) Interfacing

Suite de mes aventures... le dernière fois j'ai parlé de la doublure. Sur la photo, ci-dessous la voici telle qu'elle se présente prêt à être posée.

To start where I stopped last time, here's a picture of the finished lining.


Now, though the jacket is not finished I am progressing slowly but steadily.
I am not born organized, consequently my progression is daily interrupted by some amendments of my basic plans or by some book consulting or some googling concerning a sequence that I am not mastering and that Burda fails to explain clearly.

For today, let's concentrate on  interfacing. Parlons de l'entoilage.

I used a fusible tricot interfacing suitable for medium weight fabric with some stretch.

To pre-shrink interfacing, I soaked it in hot (not boiling hot, but tab hot) clear water for about 20 minutes and let it dry.

Méthode pour thermocoller l'entoilage : ( en anglais uniquement et je m'en excuse, mais je n'ai pas beaucoup de temps. Si vous voulez la traduction envoyez-moi un mail)
I think that I found a way to fuse inferfacing that works and can be used with most fusable interfacings.
Once the interfacing has been pre-shrunk and is dry, set your iron on wool.
Lay the piece of fabric to interface on the board, wrong side up and steam iron it with as much as steam as possible.
Lay the interfacing on it making sure to turn the glued side on the fabric.
Water spray it with a  spray bottle, it helps to set the interfacing in place.
Cover the whole thing with a damp thin pressing cloth and strart pressing from the middle.
I said pressing, not ironing. Lift your iron as you move towards the edges overlapping where  you were and counting to 10 each time.
Once you've done the whole piece turn it upside down. I mean the right side face up and do the same overlapping pressing movements. Make sure the fabric is protected by a cloth. You may use the steam of your iron too.
Last, lay the interfaced piece of fabric rest until it is thouroughly  cool.
Admire you perfectly sealed interfacing with no bubbles.

This works for me but make sure to always test before on a scrap of the fabric you want to use.

For the most part, I followed Burda's instructions concerning the pieces to interface.
The change I made, were adding some more interfacing in the shoulder area on both of the front and back pieces and around the back neck area. I also interfaced the upper collar, change the undercollar (this point will be fully dealt with later on).
entoilage devant

All hems are interfaced.
entoilage dos
When interfacing a hem, make sure to fuse the whole hem allowance and about 3/8 in. above the hemline. (Thank you Kathleen)

I also added an extra layer of interfacing in the lapel area as recommended by my tailoring guide for a soft roll line.
Then the roll line was steamed without pressing a crease with a damp terry towel tucked under as a pad. To permanently set the lapel, I let it dry overnight.

Interfacing is certainly not the most exiting part in the process of making a somewhat tailored garment, but it certainly is crucial though not visible.

To make it less tedious you have to try blockfusing. I owe to loyalty to credit Sherry for this input and if you never heard of blockfusing you must read her fantastic tutorial. For my part I block fused the upper collar and the facings.
Upper collar blockfusing 1

That's all for today folks.
Hopefuly reading me has been helpful and not to tiresome.
This jacket gives me a lot of work and pleasure too. I use this blog as diary. Plus, it makes me practicing my English.
The problem with English and the funny part, is that the more I develop my knowledge of sewing vocabulary, the more I forget about French terms. But that's another story.