mercredi 31 août 2016

Pyjama Carolyn, Closet Case

Hi guys,
Ma nouvelle couture est un pyjama. C'est une première pour moi. Je l'avoue ma lingerie n'est pas ce dont je suis le plus fière. Pourtant ce n'est parce que seuls ceux qui me sont le plus proche ont une chance d'en voir la couleur, qu'elle ne doit pas être agréable à regarder, au contraire. J'ai donc décidé  de changer tout cela et me confectionner un joli pyjama dont je n'aurai pas à rougir.
Je dis un, mais j'espère que ce n'est qu'un début.
Au cas où vous ne connaitriez pas encore, le patron Carolyn de Closet Case Patterns (entreprise Montréalaise, ce qui n'est pas pour me déplaire) est LE PATRON qu'il vous faut, si vous aussi vous en avez assez de vos vieux pyjamas avachis.

Ceux qui me lisent depuis un certain temps auront pu constater que je n'ai pas l'habitude d'utiliser des indépendants. Mais là, je me suis qui dit que j'en aurai pour mon argent. Une recherche Google suffit à vous rassurer sur la qualité du patronage. Les réalisations sont toutes plus inspirantes et attirantes les une que les autres.



Pour mon premier essai j'ai choisi la version short et manches courtes.

Ce n'est pas encore l'hiver et comme je suis pressée, je n'aurai pas à m'embêter avec les manches ou les jambes à raccourcir si nécessaire.
Les variantes sont pourtant multiples et vous permettrons d'exprimer toute votre créativité. Le livret explicatif est très bien construit et de nombreux tutos vous aideront sur le site de la créatrice. Autre point positif la pochette propose un très large éventail de tailles. Bref, que du bonheur. En PDF, le patron est disponible en français et en anglais.

Passons maintenant à la réalisation, ou plutôt à ses préparatifs.

J'ai opté pour un satin de coton aux couleurs chatoyantes et à impression numérique (Toto Rouen) acheté il y a deux ans. J'avais flashé sur cet imprimé mais réflexion faite, je le trouvais un peu flashy pour une robe. Par contre je le trouve parfait pour un pyjama.



Certes, j'ai choisi la version light, manches et jambes courtes, mais où serait le plaisir, si la réalisation n'offrait pas quelques jolis détails pour corser le tout.

J'ai donc choisi d'orner les bords d'un joli passepoil. Restait à me décider pour la couleur. Le meilleur moyen pour y parvenir c'est de faire des essais.

Passepoil blanc :


Passepoil rouge :


J'ai fini par me décider pour le rouge qui a plus de peps à mon avis.

Et voilà où j'en suis à l'heure où je reprends le chemin du travail...



Le temps de reprendre le rythme, j'espère que les premiers jours ne vont pas me pomper toute mon énergie et que la suite viendra vite car j'ai vraiment hâte de voir le résultat...

A bientôt et bonne couture !!!




dimanche 28 août 2016

Robe bain de soleil BurdaStyle 05.2016.132

Aujourd'hui j'ai envie de vous parler de ma dernière réalisation, une robe bustier qui tombe à point nommé pour la chaleur caniculaire qui n'épargne pas notre verte Normandie.

J'ai trouvé le patron dans le Burda de mai 2016, modèle 132

J'ai tout de suite été séduite par le côté rétro de cette robe bustier qui n'est pas sans rappeler certains de la collection printemps été Dolce et Gabbana :

Un détail fait diffère pourtant. Burda a remplacé les plis de la jupe par une jupe en cercle. Ce modèle étant fait pour les tailles 44-52, je trouve que c'est une bonne idée car cela évite d'alourdir la silhouette.

En raison de cette jupe corolle ( 4 mètres à l'ourlet) il vous faudra plus de 3 mètres pour réaliser ce modèle.
J'ai éliminé les poches en cœur car je pense que j'ai passé l'âge pour ce genre de détails.

Un fois de plus, j'ai puisé dans mes réserves pour trouver le tissu. Fournisseur habituel, Toto Rouen
Comme conseillé, j'ai opté pour un satin de coton assez léger. C'est vraiment ce qu'il faut pour ce genre de robe. Le coton est parfait pour les grandes chaleurs et l'armure satin donne un joli brillant et plus de fluidité. Seul bémol, ce tissu se froisse pas mal, mais cela s'arrangera peut-être après plusieurs lavages.

J'ai réservé la partie imprimée à la jupe devant et dos


et j'ai choisi de laisser le bustier uni. Comme il me restait des restes d'un satin de coton fuchsia j'ai cru qu'il serait sympa de choisir cette couleur pour le parement d'encolure et les bretelles. Ce n’était malheureusement qu'une Fausse Bonne Idée que j'ai décousue sur le champs.

 
Ce tissu fuchsia a quand servi pour le passepoil qui orne les bretelles.


En guise de ganse à passepoil j'ai utilisé de la queue de rat que j'avais en stock.


 La queue de rat a l'avantage de se trouver facilement et à moindre coût. Elle est aussi plus souple que le cordonnet en coton, ce qui n'est pas un mince avantage pour les courbes comme ci-dessous.


J'aime bien voir les réalisations des autres internautes avant de ma lancer dans la réalisation d'un modèle. Pour celui-ci j'ai trouvé une aide précieuse sur le site russe de Burda, comme souvent d'ailleurs. J'ai donc été prévenue que ce modèle était très ajusté pour le haut. Aussi j'ai pris et repris mes mesures et celles du patron et j'ai réalisé 3 toiles pour le haut. Eh oui, j'ai un peu galéré pour adapter le haut à mon tour de bonnets.

 

Voici le patron une fois modifié :

Le plus difficile fut de bien orienter la pince et de ne pas la prolonger trop près de la pointe du sein. J'ai appris à cette occasion que plus la poitrine est forte, plus la fin la pince est éloignée de la pointe du sein. Approximativement 5 cm contre 2.5 cm  pour un bonnet B.

Autre modification apportée au patron j'ai raccourcie la jupe de 3 cm.

En raison de la finesse de mon tissu j'ai jugé opportun de doubler la partie corsage. Pour tailler la doublure, j'ai pris le patron du haut et j'ai ôté la valeur de la parmenture d'ouverture devant coupée à même.

Cette doublure a été taillée dans le tissu de la robe que j'avais en abondance, l'intérieur est donc très propre sans couture apparente.



 Toujours dans le but d'un intérieur aussi beau que l'extérieur j'ai opté des coutures anglaises pour la jupe.



L'ourlet a été réalisé selon les instructions du magazine. Réduit à 7 mm, surfilé et rabattu avant d'être piqué.
Note à moi-même, se rappeler de cette option pour les ourlets étroits à venir, beaucoup moins fastidieux que de replier deux fois l'ourlet.

Une fois de plus j'ai constaté que Burda zappait les sous-piqures. Si cela est du chinois pour vous cliquer ici pour explication illlustrée sur le cite de Petit Citron.
Cette finition est pourtant indispensable pour obtenir des bords bien nets.


Ici j'ai sous-piqué tout le pourtour du parement d'encolure.

Pour finir, le parement d'encolure est surpiqué près du bord ainsi que la couture de montage du corsage à la jupe
 Voilà pour cette fois, je ne vous aurai épargné quasiment aucunes des étapes de la réalisation de cette robe. En espérant que cela pourra, si ce n'est vous être utile, au moins vous inspirer et vous donner envie de vous lancer, vous aussi,dans la confection de vos vêtements.

Cette robe est la dernière pièce que j'ai cousu pour les vacances. Il est maintenant plus que temps de penser à la rentrée. Je ne serai donc pas sans vous montrer de nouvelles réalisations sous peu.

A bientôt et bonnes coutures.