lundi 30 novembre 2009

Longue vie à NEEDLE / Welcome to NEEDLE

Longue vie à NEEDLE un magazine anglais GRATUIT consultable en ligne dont l'ambition est
de traiter de la broderie à travers de son histoire ses techniques et aussi ses aspects contemporains en nous présentant des artistes et artisans du monde entier afin que les savoir-faire soient transmis aux générations futures.
On ne peut qu'adhérer à cette louable entreprise et leur souhaiter longue vie!!!!


Posted by Picasa

mardi 17 novembre 2009

Le Petit Bac selon Nathalie : 9/26 I comme...





Pour le blog je vous propose de faire connaissance avec le monde merveilleux de Itkupili.


Elle vous propose créations oniriques et baroques pour parer vos blogs des plus beaux atours : irrésistible


 






 






Pour la technique, je dis Irish Lace, littéralement dentelle d'Irlande. Il en existe plusieurs sortes comme vous pourrez le constater en visitant le musée qui y est consacré.



 


Pour l'instant je ne parlerai que de la dentelle ou guipure que l'on exécute au crochet. Chantal, nous conte son histoire avec l'expertise et le talent qui lui son habituels, mes connaissances n'étant pas les siennes, je vous renvoie donc à son blog pour plus détail sur cet aspect.




Si comme moi vous craquez pour ce manteau, il ne vous faudra débourser pas moins de 3300$ pour vous le procurer ici . Oui, je sais ça calme!!! Vous pouvez toujours essayer de le faire vous-même. Un site (français) est consacré à l'apprentissage de cette technique et vous propose de commencer par des petites ouvrages beaucoup, certes moins ambitieux, mais certainement plus adaptés à nos emplois du temps et modes de vie  actuels qui ne sont plus ceux des Femmes en 1900.
Toujours au rayon librairie, vous connaissez peut-être la revue Inspiration Broderie publiée par les Éditions de Saxe.


C'est en fait la version française d'une superbe revue australienne, la bien nommée Inspiration.




Au cas où l'insparation vous ferait défaut, justement, faites un tour sur le site Country Bumpkin qui édite cette revue ainsi qu'une autre consacrée aux smocks. C'est également les éditeurs de tous les guides A-Z de la broderie.





Ces merveilleuses étoffes aux fils teints des couleurs les plus riches sont pour moi comme des kaléïdéoscopes
et je ne m'en lasse pas.
Le Victoria & Albert Museum, musée cher à mon cœur, à organisé une superbe exposition  sur le sujet.



Côté gastronomie, retour en Irlande avec le Irish Stew


photo by Jennifer Rotenizer


Ingrédients : 900 g de collet d’agneau, 8 oignons, 300 g de carottes, 600 à 900 ml d’eau, 1 kg de pommes de terre, persil haché, thym, sel et poivre

- Commencer par désosser la viande, la couper en morceaux assez gros et retirer la graisse.
- Eplucher et couper en rondelles les pommes de terre, les carottes et les oignons. Disposer une couche de pommes de terre au fond d’un plat, ajouter le persil, le thym, les oignons, les carottes. Ajouter la viande coupée en morceau puis saler et poivrer.
- Recommencer l’opération avec le reste des ingrédients jusqu’à ce que le plat soit bien garni. Verser l’eau.
- Couvrir d’une feuille de papier aluminium et d’un couvercle. Faire cuire au four à 120°C, ou bien laisser bouillir à feux doux pendant 2 heures. Remuer de temps en temps afin que le ragoût n’attache pas ; mouiller s’il devient trop sec.
- Un irish stew peut être préparé plusieurs heures à l’avance. Il est souvent meilleur réchauffé ! On accompagnera ce ragoût d’agneau de l’indispensable brown bread.

Image du Blog endjetsesfolies.centerblog.net
Source : endjetsesfolies.centerblog.net sur centerblog.

Voilà de quoi nous réchauffer à peu de frais, ce qui réjouira la plupart d'entre-nous à l'approche de l'hiver qui  s'annonce bien austère à en croire les chroniques économiques.

Si votre humeur est toujours morose, oubliez vos soucis et chassez la grippe avec le Irish Coffee


Décidément, si les Irlandais n'existaient pas, ils faudrait les inventer
Encore que côté foot les dés ne sont pas jetés (mais je m'éloigne de notre sujet)


Je ne vous quitterai pas avant de vous de rendre hommage à  l'illustre Indigo (du latin indicum : de l'Inde) , plante tinctoriale s'il en est,  provenant de l'indigotier
L'indigotier (Indigofera tinctoria) est un arbuste pouvant atteindre 1.20 m, de la famille des Fabacées (Fabaceae).Il ne faut pas le confondre avec Indigofera gerardiana, syn : Indigofera heterantha, appelé lui aussi indigotier, mais aussi faux indigo.
Comme la guède, l'indigotier fournit de l'indigotine, mais sous une autre forme chimique, et surtout, beaucoup plus concentrée que sa "rivale". Moins chère que la teinture indigène, cet indigo véritable remplacera le colorant médiéval du pastel tout au long des XVII-XVIIIe siècles.
 
J'ai trouvé les informations qui suivent sur le site du Muséum de Toulouse

L’indigotier des Indes


concurrence le pastel

Plante tinctoriale qui a donné la couleur bleue pendant des siècles hors Europe. Elle joua un rôle important dans l’économie de plusieurs pays, notamment en France, quand sa teinture introduite entra en concurrence avec celle du pastel, puis, plus tard, dans la guerre d’indépendance américaine…

Origine

L’indigotier des Indes est originaire d’Asie tropicale (probablement d’Inde). Source d’indigo, elle est cultivée en Inde depuis les temps les plus reculés. Elle est introduite au IXème siècle dans le bassin méditerranéen. Elle est très appréciée dans l’Egypte des pharaons, dans la Rome et la Grèce antiques…


Parties utilisées

Ce sont les feuilles qui sont récoltées et utilisées pour leur propriété tinctoriale (bleu).

Propriétés

Principes tinctoriaux : nombreux pigments dont l’indican (glucoside incolore) qui donne par hydrolyse et polymérisation, l’indigo, à l’origine de toute une gamme de bleus.

Historique

Au IXème siècle, la culture de l’indigotier est introduite par les arabes dans le bassin méditerranéen mais elle reste très marginale en Europe.
Au XVIème siècle, les grandes découvertes vont court-circuiter les routes traditionnelles de l’indigo avec l’ accès direct par mer aux Indes (ouvert par Vasco de Gama en 1497 - indigo rapporté en Europe par le Cap de Bonne Espérance dès 1516).





source Wikipédia

Aux XVI-XVIIes siècles : importation massive par les hollandais d’Inde pour le revendre en Europe, puis développement de la culture en Amérique.

Ces importations d’indigo de l’indigotier vont induire un bouleversement économique considérable en Europe : menace de ruine pour des régions entières de France, Italie, Allemagne, Angleterre, qui prospéraient grâce à l’indigo du pastel d’où un important combat protectionniste durant deux siècles des gouvernements des pays menacés contre l’indigo de l’indigotier (des lois très sévères jusqu’à la peine de mort).
Mais au XVIIIème siècle, la teinture de l’indigotier se généralise en Europe.
Les colonies anglaises d’Amérique du nord sont alors les plus gros producteurs suivies par les colonies anglaises en Asie. Au Bengale, la culture de l’indigotier y est si développée par les colons anglais du XIXème siècle qu’elle concurrence fortement la culture vivrière du riz d’où la "révolte de l’Indigo" 1860-1868.
La concurrence entre les producteurs d’indigo des Indes et d’Amérique sera l’une des causes de la guerre d’Indépendance américaine…

Pavé d'extrait d'indigo séché provenant de l'Inde.Photo by Evan Izer

Aujourd'hui l'indigo naturel est toujours utilisé : en Inde, au Mexique, au Japon  


 

et au Nigeria entre autre et inspire des artistes contemporains comme Nasser Soumi



 (Teinturier Zabid, Yemen 1983, photo par Jenny Balfour-Paul)

Le mot de la fin :

Je remercie ceux qui auront pris le temps de parcourir ce billet dans son intégralité et je comprends ceux qui n'en n'auront pas eu la possibilité. J'ai cru moi-même que je n'arriverai jamais jusqu'au bout. Ce I a été pour moi l'occasion de voyager d'un site à l'autre à la découverte de nouveaux horizons . Les ressources qu'offre Internet sont intarissables et il m'a été difficile de faire des choix . J'espère avoir faits les bons et ne pas avoir raconté trop de bêtises.

Que nous réserve le J, je ne sais pas encore...

A bientôt et merci pour vos commentaires.


 

 



Posted by Picasa

mercredi 4 novembre 2009

Le Petit Bac selon Nathalie : 8/26 H comme...





Le site Hermès vaut vraiment le détour, c'est une merveille de créativité. A voir absolument !
Posted by Picasa

1/ Les Blogs :

Je me fais un plaisir de rappeler que cet abécédaire textile doit son existence à Nathalie et à ses Histoires de Boîte à Couture

Hen's Teeth:
Où Viv vous fera découvrir ses très jolies créations pleines de couleurs et de fraîcheur.



2/ Le Livre : HOKUSAÏ

Avis de la Fnac:
Ce livre est le fruit d’une collaboration internationale d’envergure mettant en lumière la profonde humanité de l’artiste ainsi que sa quête touchante de la perfection.
Aucun artiste au Japon, peut-être même en Asie, n’a connu une renommée aussi universelle que Katsushita Hokusai (1760-1849). Il a réalisé des milliers de peintures, de dessins, d’estampes, de livres illustrés et de manuels didactiques destinés aux peintres et aux artisans.
« Au milieu du XIXe siècle, moins de dix ans après sa mort, il était déjà une véritable légende en Occident, notamment en France, où il avait inspiré des mouvements artistiques confirmés ou naissants. Hokusai a joué en effet un rôle fondamental dans l’évolution du japonisme, qui a pu se développer grâce à des artistes français qui se sont immergés dans l’art et la culture du Japon, son esthétique et sa philosophie, et ont puisé dans son iconographie. »
Devenus très tôt des emblèmes de l’art japonais, l’incarnation même de son âme et de son esprit, Hokusai et son œuvre ont influencé des artistes comme Manet, Degas, Van Gogh, Gauguin, Toulouse-Lautrec et Seurat.



3/ La technique : le Hardanger

Je suppose que vous connaissez tous (ou presque) ce style de broderie venue de Hardanger en Norvège, d'où son nom Hardangersom - som = broderie en Norvégien (Non, je ne parle pas Norvégien, merci Wikipédia). J'ai voulu en savoir un peu plus et j'ai pris quelques cours avec Danièle Bertin, une Havraise aux doigts d'or dont la renommée dépasse nos frontières .
Finalement, avec de la minutie et un peu d'attention c'est beaucoup moins compliqué que cela n'en a l'air, pour débuter, il suffit de savoir compter et de bien marquer sa toile pour vite repérer ses erreurs.
Si cela vous tente, voici quelques diagrammes gracieusement offerts par le site de fils Caron ici et

4/ la matière : le Harris Tweed



Qu'est-ce que c'est?

Cette appellation est strictement règlementée
. "Only tweed that has been handwoven by the islanders of Lewis, Harris, Uist and Barra in their homes, using pure virgin wool that has been dyed and spun in the Outer Hebrides, can legally be called Harris tweed. It is the world's only commercially produced handwoven tweed."
Seul le tweed de pure laine vierge teinte et tissées sur les Iles Lewis, Harris, Uist et Barra est autorisé à porter cette appellation. Il doit ensuite être tissé à la main par les habitants de ces îles.
C'est aujourd'hui le seul tweed qui encore entièrement fabriqué à la main, ce qui justifie son prix.





Ca vient d'où ?




C'est fait comment ?

Cette vidéo vous le montre : accent écossais et humour so British


Et à quoi ça sert?






5/ la recette : le St-Honoré

J'aime cuisiner, mais je ne me suis encore jamais attaquée à ce grand classique qui incarne à mes yeux le comble de la gourmandise.J'avoue que je n'ai aucune culpabilité à succomber à l'appel de ce nuage de Chantilly et au craquant de la nougatine.

Pour ceux qui voudraient relever le défi voici la recette de Patiss. com(en images ici )

Saint Honoré :

Pour 8 à 10 personnes


Ingrédients
250g de feuilletage Voir la recette
Crème patissière avec 1/2l de lait Voir la recette
1 cuillère de kirsh
Pate à choux avec 1/4l d'eau Voir la recette
250g de sucre pour le caramel

350g de crème fraiche 35% + 20g de sucre

Préparation
Réalisez votre feuilletage ou utilisez une pate du commerce.
Réalisez votre crème patissière et parfumez légèrement au kirsh.
Etalez votre pate feuilletée , piquez généreusement à l'aide d'une fourchette ou d'un rouleau pique-vite, découpez un cercle de 22cm et déposez soigneusement sur une plaque de cuisson.
Confectionnez votre pâte à choux, dressez une douzaine de petits choux avec une douille unie, dressez une couronne sur le pourtour de votre disque en pâte feuilletée et dressez u
ne sorte d'escargot avec le reste de pâte à choux toujours sur le disque de pâte.
Cuire vos choux et votre disque de pâte.
Garnir les choux refroidis avec la crème pâtissière: Remplir par le dessous des choux en percant un petit trou.
Réalisez votre caramel à sec: C'est a dire sans adjonction d'eau, votre sucre va fondre tout seul dans une casserole en cuivre ou avec un revêtement anti-adhérent. Attention la casserole doit etre parfaitement propre, vous devez eviter de remuer le sucre pendant sa cui
sson.
Lorsque le caramel à la couleur souhaitée, arrétez la cuisson en plongeant le fond de la casserole brièvement dans de l'eau froide.
Trempez le dessus des choux dans le caramel et laissez durcir.
Trempez maintenant le fond des choux dans le caramel et disposez tout autour de votre couronne de pâte à choux. Maintenez les choux tant qu'ils ne sont pas collés définitivement. (Gardez un choux pour déposer au centre du Saint-Honoré)
Battre la crème fraîche et ajoutez le sucre. Dressez à l'aide d'une douille cannelée d
es rosaces de crème au centre du Saint-Honoré.Finissez en déposant un choux caramélisé au centre.

Conseils
Les puristes crieront au scandale, car le vrai Saint-Honoré se fait avec une crème chiboust et non avec une crème chantilly, malheureusement pour une question d'hygiène (Blanc non cuit)ou de connaissance cette recette à été délaissée .

Découpez votre cercle de feuilletage à l'avance et laissez le reposer au frigo, il restera rond à la sortie du four.
Ajoutez sous la crème chantilly des fruits de saisons, fraises ou framboises.



6/La plante tinctoriale: le henné



mardi 3 novembre 2009

Veste Chanel/ toile / retouches/ version 3

Pas facile d'effectuer des retouches sur soi quand on a pas de mannequin.

Vendredi, j'ai essayé ma toile après une première série de retouches effectuées sur moi en me regardant dans la glace et avec l'aide de mon mari, plein de bonne volonté mais complètement novice en la matière.

Le résultat, il fallait s'y attendre, était loin d'être satisfaisant. Le manque de mannequin se faisait cruellement sentir.

Mais il ne faut jamais désespérer, avec de la détermination et un peu de chance, tout fini par s'arranger. J'ai passé le week-end chez ma sœur Stéphanie qui est modéliste/patronnière de métier. Autant vous dire que son aide fut précieuse et qu'elle a enfin donné à ma veste la forme voulue. d'autre part, ma maman ma prêté son mannequin. ce qui fait que je peu enfin travailler dans de bonnes conditions.


Voici la toile avec les retouches à effectuer épinglées par Stéphanie

Vous pouvez voir ci-dessous le détail des retouches que j'ai effectuées hier


Les devants ne sont pas symétriques au niveau de la poitrine, j'ai un côté plus fort que l'autre et j'ai modifié les deux côtés différemment

Les deux derniers clichés montrent la toile modifiée telle qu'elle est ce matin.
Aujourd'hui, je m'attaque aux manches, je vois l'ourlet.
Si tout se passe bien, je pense tailler le tissu définitif demain.
Posted by Picasa